Ab blogum condita …

Peu à peu le combat s’engage, le monde prend feu.

Les colosses s’attaquent corps à corps, ils se prennent, se quittent, se reprennent.

Ils se cherchent et se repoussent.

Carthage franchit les Alpes, Rome passe les mers.

Les deux peuples, personnifiés en deux hommes, Annibal et Scipion, s’étreignent et s’acharnent pour en finir.

C’est un duel à outrance, un combat à mort.

Rome chancelle, elle pousse un cri d’angoisse : Annibal ad portas !

Mais elle se relève, épuise ses forces par un dernier coup, se jette sur Carthage et l’efface du monde.

V. Hugo

_____________________

Annibal ad portas !

En voilà un cri d’alarme pour le moins alarmant, et puis, effrayant. Imaginez-donc ! Annibal, cette force de la nature, à vos portes avec son armée et ses éléphants, effrayant…

Mais c’est aussi et surtout un grand coup du destin, puisque Carthage « est devant être détruite » (si rappelez-vous, l’ablatif absolu Carthago delenda est, et cette traduction improbable, barbare), et l’a bel et bien été.

Ils avaient vraiment le sens de la formule, ces Romains…et puis, reforgeable avec ça ! Annibal mort, hop ! on change : Catilina ad portas !

Enfin, tout ça pour dire qu’ici je tromperai juste mon ennui en exposant des .. trucs. Je ne sais pas encore trop quoi, mais je suis certaine que cela sera très intéressant… et j’y crois dur comme fer…

Enjoy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s